Le cycle de vie des mousses

L'alternation des générations generalement

Chez beaucoup d'êtres vivants il y a deux générations: L'une possède une double série de chromosomes. Elle est diploïde. Enfin les plantes de cette génération forment des cellules, qui ne possèdent que une série de chromosomes. Nous appellions cette cellules des spores. Chez des plantes fleurissantes ce serait par exemple le pollen.

Les spores maintenant peuvent grandir et devenir une plante de l'autre génération. En conséquence cette plantes n'ont qu'une seule série de chromosomes - elles sont haploïdes. Une plante haploïde forme deux gamètes (cellules reproductives), dont deux se reunient à une cellule diploïde, qui s'appelle zygote. De lui il peut se former une plante de la génération diploïde.

En fait toutes les plantes fleurissantes et toutes les fougères, qu'on peut voir tous les jours, sont diploïdes. Chez les mousses c'est complètement différent. L'alternation des générations décrite ici est valable pour toutes les mousses. Le façonnement concret peut être très différent chez le plusieurs groupes taxonomiques. Ici je représente le façonnement chez les mousses au sens étroit (pas de hépatiques ou anthocérotes).

Le gamétophyte

Polytrichum formosum avec des fleurs de mousses

Fleurs de mousses de Polytrichum formosum Hedw. (seulement allemand), une espèce fréquente d'Europe centrale. À gauche il y a le couvercle de l'objective comme comparaison à grandeur.

Commençons avec la plante de mousse verte, comme on la voit normalement. Il s'agit de la génération haploïde: Leur cellules possèdent seulement une série de chromosomes. On l'appelle le gamétophyte.

Le gamétophyte forme des organes, où les gamètes -les cellules reproductives- développent: Les archégones forment les oosphères, et les anthéridies les spermatozoïdes. Souvent des archégones et anthéridies sont réunies dans des rosettes de fueilles ressemblantes aux fleurs. C'est pourquoi on les appelle aussi des "fleurs de mousses". Le nom scientifique est périchèze. (Cette fleurs de mousse n'ont rien à faire avec les fleurs d'autres plantes.)

Maintenant il faut pleuvoir et la fleur de mousse a à se mouiller. Alors les spermatozoïdes peuvent nager à l'entour. Je n'ai pas à expliquer qu'est-ce qu'il se passe ensuite. Enfin nous avons une oosphère fécondée, le zygote. Le fait que de l'eau plain et necessaire pour la fécondation montre, que les mousses ne sont pas aussi adaptées à la vie sur terre que les plantes fleurissantes.

Le sporophyte

Tortula muralis?

Des sporophytes. Je n'ai pas déterminé l'espèce, mais il s'agit probablement de la mousse très commune Tortula muralis Hedw. (seulement allemand). Le gamétophyte est totalement sec et pour cette raison ne guère à découvrir.

De la zygote, qui se trouve encore dans la fleur de mousse, la génération diploïde, qu'on appelle le sporophyte grandit. Le sporophyte normalement se présente comme une capsule sur une tige.

Le sporophyte simplement est assis sur le gamétophyte vert. Il ne fait pas du photosynthèse, mais est nourrié au moins partiellement du gamétophyte. S'il ne s'agisserait pas du même espèce, on pourrait dire, que le sporophyte parasite sur le gamétophyte.

Maintenant dans les capsules les spores, qui par nouveau ne possèdent qu'une seule série de chromosomes, se développent. Quand les spores mûrient, la capsule s'ouvre et dégage les spores. La voie pour la prochaîne génération haploïde est préparée.

Le protonéma

Protonema de Funaria hygrometrica

Le protonéma d'espèce Funaria hygrometrica Hedw. (seulement allemand). Les filaments minces sont le protonéma, sur lequel on voit les premières plantes petites.

Chez les mousses les spores ne se développent pas directement au gamétophyte, mais d'abord à un réseau de filaments cellulaires. Celui s'apelle le protonéma. Le protonéma peut être très different chez les plusieurs espèces. Il n'a pas à s'agir toujours d'un réseau. Les mousses à tourbe(???Sphagnidae) par exemple forment un thalle petit.

Enfin le protonéma forme des bourgeans, dont les plantes de mousse foliacées se développent. De cette manière des coussinets compactes se peuvent former.

Résumé

L'Image suivante montre l'alternation des générations au total:

L'alternation des générations chez les mousses

Une spore devient un protonéma (A). Sur le protonéma se developpent les bourgeans (B), qui grandient aux plantes de mousses vertes (C). Cettes plantes forme des anthéridies (D) et finalement les spermatozoïdes (E). Le spermatozoïdes fécondent la oosphère dans l'archégone (F). De l' archégone le sporophyte (G) croître. Au bout du sporophyte se forme la capsule, dans laquelle les spores se developpent. (H) et (I).

Puisque le gamétophyte et le sporophyte sont très differents, on parle d'une alternation des générations hétéromorphe. Les fougères aussi en possèdent une. Mais contrairement aux mousses leur génération dominante est le sporophyte. Chez beaucoup d'algues l'alternation des générations est homomorphe, c'est à dire le gamétophyte et le sporophyte sont ressemblants.

Archégones

un archégone immature

Les archégones toujours sont des organes plus ou moins en forme d'une bouteille avec une enveloppe d'une seule strate de cellules. Dans l'intérieur se trouve une grande cellule centrale, qui avant la maturité se divise à la oosphère et une cellule de canal intérieure, qui est placée au fond du goulot de bouteille. Ce goulot est fermé d'une file de cellules. Leur nombre est 10 ou plus chez les mousses (aus sens étroit), 4-8 chez les hépatiques, et 6 chez les anthocérotes.

Pendant la maturité les cellules en haut se gonflent déchirant la cuticule. Une ouverture se forme. Les cellules du goulot aussi se diluent, formant un canal, qui laisse passer les spermatozoïdes à la oospère.

Anthéridies

Anthéridie immature

Spermatozoïde d'une mousse

Les anthéridies sont toujours des organes plus ou moins en forme d'une massue. Ils sont placés sur une tige courte. Leur cuticule comprend nombreuse cellules "spermatogènes", qui finalement se divisent en deux spermatides. Chaque spermatide se developpe à un spermatozoïde.

Les spermatozoïdes (à gauche) sont des filaments tordues, qui sont remplit essentialement avec le nucleus. Sur leur bout de devant il y a deux flagelles orientées vers l'arrière.

Autres choses

Paraphyse de Mnium hornum

Paraphyse de Mnium hornum (seulement allemand).

Les archégones et anthéridies peuvent être groupées dans les groupes mêlés, mais aussi dans des lieus différents sur la même plante, ou sur des plantes différentes. (Dans le cas dernière les plantes males et femelles souvent paraîtrent différentes.)

Chez les mousses au sens étroit entre les archégonies et les anthéridies il y a quelques filaments cellulaire en forme de massues, qui tiennent probablement de l'eau et ainsi protéctent les organelles d'assèchement. L'image à droite montre une telle paraphyse, pris d'une fleur de mousse de l'espèce Mnium hornum (seulement allemand).

Les spermatozoïdes n'étant pas capable de mouvoir sauf que dans l'eau, la fécondation n'a lieu qu'en présence de l'eau. Les spermatozoïdes trouvent le oosphère, parce qu'ils sont attirés par quelques substances, qui sont produits des cellules du goulot d'archégones.

by Michael Becker, 5/2000. Traduit: 4/2002.
Dernière modification: 4/2002.